mains kev

Papa à l’accouchement mode d’emploi

 

A comme accoucher

C comme courage

C comme courage (oui x2 car il est important d’être deux :))

O comme oubli de soi. Car rien d’autre ne compte

U comme utopie car rien ne se passe jamais comme imaginé

C comme couple car c’est par ce que vous en êtes un que vous en êtes arrivés là

H comme horrifié car oui l’on peut-être mort de peur ce jour-là

E comme excité car l’on sait que ce jour restera certainement le plus beau de notre vie

R comme résultat car il n’y à que le résultat qui compte au final

Mais pourquoi je vous dis tout ça? Car vivre un accouchement côté papa semble facile à gérer pour certains, mais aussi difficile à gérer pour d’autres.

Ce que j’en dis? Il faut gérer cela comme vous l’entendez mais ensemble. Que ce soit dans la même pièce ou non. Le plus important reste d’être là l’un pour l’autre.

De mon expérience, un accouchement allait ressembler à Babyboom ou Greys anatomy (vous voyez le genre?). Je peux le dire à l’avance, j’étais loin de la réalité.

Alors oui je sais, j’ai parlé de mode d’emploi, désolé il n’y en a pas. Non mais c’est vrai, comment voulez-vous gérer quelque chose d’aussi improbable et riche en émotions? Dans notre cas, de la perte des eaux à l’accouchement cela à duré 22H. C’est 22h ou vous restez en alerte permanente. 22H où l’on se dit que l’infirmière va bientôt rentrer pour nous dire : « Allez Mme on vous installe et c’est parti! ». Eh ben non…. . C’est 22H où l’on pense, imaginons des choses et surtout où l’on sait qu’il faut soutenir et détendre sa tendre car c’est elle qui va fournir l’effort ultime. C’est aussi 22H où l’on voit madame souffrir de plus en plus.

Dans les conseils bateaux mais à prendre au sérieux :

  • MANGEZ messieurs! (rem : Les livreurs de pizzas livrent aux hôpitaux).

pizza

  • Buvez! (pas du vin n’est-ce-pas; d’ailleurs prévoyez de la monnaie pour la machine)
  • Pensez à dormir quand vous le pourrez au moins un peu, car une fois l’accouchement en route ainsi que la période post-natal on aura besoin de vous. Oui car nos femmes sont exténuées après tant d’effort. Il vous faut rester vous occuper d’elle. Il faut que votre chérie et votre bébé reste votre priorité. Cela signifie aussi gérer les visites, la mise en place des affaires, regarder à bébé pendant que qu’elle dort,… .

Mais revenons en à l’accouchement, honnêtement ce n’est pas le film d’horreur tant redoutés par certains. J’ai eu la chance d’assister à la naissance de ma fille du début à la fin et sans filtre sur l’image. Autant en aidant les sages-femmes en répétant les consignes à ma chérie. Autant en voyant « la sortie » de ma fille. Franchement, à ce moment on est malgré nous totalement absorbés par les consignes (gestes, mots,….). Cela à duré plusieurs heures avant que je ne la voie sortir, je savais qu’elle était là mais je ne réalisais pas encore. Je visualisais ses fesses, puis son ventre (oui car c’était un accouchement en siège pour rappel), je savais qu’elle arrivait mais je voulais encourager ma chérie jusqu’au bout, l’accompagner jusqu’au dernier effort en lui tenant la main et même la tête (oui oui ) . Surtout  je souhaitais qu’elle sache que j’étais là avec elle.

Bien sûr pour nous les hommes la douleur l’on ne peut pas dire que l’on la sente. Mais croyez-moi, voir votre femme « expulser » (c’est le mot) votre enfant reste impressionnant. Dès le moment où vous verrez la première partie de son petit corps sortir jusqu’à sa totalité vous semblera une éternité.

Ensuite votre bébé est là!!! Il va sur la table prévue, le pédiatre l’examine. Fatalement le temps parait  long comme si vous étiez dans une de ces fameuses scènes au ralenti. Après vient le cri le bébé, le pédiatre m’appelle. Il me dit posément :  « vous pouvez venir Monsieur » et me rassure d’un « elle est en bonne santé ». A ce moment vous le découvrez ce petit être, petit être pas super propre il faut le dire mais des plus magnifiques. Entres nous dans quel état seriez-vous après 9 mois sans prendre de bains vous?

Et là d’un coup, toutes ses émotions, toutes les douleurs que vous avez ressenties à la place de votre chérie durant ces dernières heures, tout ce stress que vous ne vouliez pas montré pour rester rassurant. Tout ça disparaît quand vous voyez votre enfant.

Cet instant est magique. C’est LA première fois que j’ai pu voir ma fille. C’est là messieurs que l’on compte sur vous. A partir de ce moment vous devez « profiter » mais aussi « veiller » et « gérer » le bien-être de votre petite famille. Tout ça ne sont pas des paroles en l’air, croyez-moi à partir de ce moment votre travail  et rôle de papa commence.

A partir de demain :

  • il y aura les soins du matins, les visites de la famille
  • vous organiser pour votre propre repas
  • vous devrez veillez à ce que la maison soit impeccable au retour de maman et bébé ( et pourquoi pas organiser une belle surprise? :) )
  • Il vous faudra transporter les affaires et cadeaux d’un point à l’autre.
  • Vous ne voudrez pas dormir mais vous en aurez besoin car maman elle sera certainement fatiguée à son retour.

Bref, messieurs on compte sur vous!

(PS : Il n’y a pas eu de petites fessées sur bébé ; ma chérie ne m’a pas non plus écraser les mains ou broyer le bras ^_^)

Alors vous les gars, comment avez-vous gérer la période de l’accouchement? Etiez-vous préparer?

Et Mesdames, est-ce que Monsieur à assuré comme vous le souhaitiez?

Auriez-vous des conseils si c’était à refaire?

Au plaisir de vous lire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

24 thoughts on “Papa à l’accouchement mode d’emploi

    1. Merci, ça n’a pas été toujours évident honnêtement. On a toujours des questions genre : a-t-on bien tout demandé? s’il faut répondre à la place de mme est-on sûr de savoir ce qu’elle souhaite? … . Mais je pense qu’il faut un du stress (du bon) pour se mettre un peu la pression et prévoir un minimum avant le plus important.

  1. hahaha moi je lai vécu de l’autre coté en tant que femme alors faudrait demandé à mon chéri.
    Sinon le passage de bébé sur la table, cest pas propre à tous les accouchements, jai jamais vécu cela 😉
    ici cest plutot bébé arrive sur le ventre de maman, et on se découvre tout doucement avant les examens.

    1. C’est sympa, je t’avoue que l’on se l’était imaginé comme ça. Mais comme bébé est né en siège le pédiatre à fait un petit examen auquel j’ai pu assister en partie. Mais je te rassure quelques minutes après Princesse est bien retournée sur maman :). Sinon demande une fois à ton chéri si des choses l’ont marqué, c’es toujours intéressant.

  2. Très beau récit, et très réaliste !

    C’est vrai que mine de rien la place du papa est pas évidente à ce moment là, entre être le pantois ou le coach oppressant, il faut trouver le juste milieu :)

    Mais je vois que désormais tu es un papa pro qui prodigue de beaux conseils :) Tu n’es plus le jeune padawan d’antan ! Alors j’espère lire ici plein de futurs bon conseils comme ça !

    (PS : je suis pas preum’s, mais tu m’aurais pas volé le concept de « l’alphabet » ? :p)

  3. J’adore ta description de ton vécu! Je pense que mon mari l’a plus ou moins vécu comme aussi. J’avais « peur » de sa réaction mais au final il a super bien géré! Il a tout vu de A à Z, tout en me soutenant. Vous êtes des supers papas :-) bravo 😀

  4. C’est très sympa d’avoir la vision d’un papa! Mon mari ne souhaitait pas assister à l’accouchement et j’étais un peu blasée de devoir vivre cela toute seule. Mais la nature est bien faite et finalement j’ai eu 2 césariennes et tout le monde était satisfait 😉

  5. Très joli billet, tellement réaliste, honnête et émotionnel.
    J’aime beaucoup.
    Ici zhom à géré formidablement pour les 2 et ce fut difficile pour lui, car même si j’avais mal j’étais allongée et entourée. Lui a di tout gérer, organisation, appels, trajets en voiture, administratif et surtout être un maximum présent avec moi !
    Donc, mon point de vue est que c’est plus difficile pour papa que pour maman car en terme de fatigue je pense que le papa morfle.
    Et c’est une femme qui a vécu 2 accouchements avec le premier d’une durée de 34h et le second 11h avec la moitié du travail sans péri (péri que je bénie)
    Bisous

    1. Merci de ta réponse :). Et lui il pense que c’était plus difficile pour toi ou lui?
      J’avoue en terme de fatigue on est tellement absorbé que l’on oublie de dormir. Mais au bout de quelques jours tu le ressens d’un coup…

  6. Punaise, c’est fort. Et agréable de lire le vrai ressenti d’un tout jeune papa. Ca me fait réaliser que je n’ai jamais évoqué tout ça avec mon mari (peu loquace de toute façon). Magique, ces moments, cette rencontre, ça se sent dans ton billet 😉

    Chez moi, ON a accouché 3 fois. Pour la 1ère je l’ai jouée warrior, accouchement sans péri, accouchement en enfer au final. Mon mari, tout jeunot, tout primipapa, il a assuré. Il a fini avec des bleus dans le cou, il a du me grimper sur le ventre pour faire descendre la puce… Il a galéré, mais assuré, et sans lui je crois qu’elle serait restée dans mon ventre cette enfant lol

    Pour les 2 autres péri, donc moins de douleur, moins d’horreur. Mais il a géré aussi. La main qui se serre sur la mienne au moment où on aperçoit la tête. Et toute l’émotion qui passe de l’un à l’autre à ce moment là. Juste avant LE cri !

    J’espère que Maman n’a pas trop souffert malgré tout (c’est long 22h, et en siège… chapeau !)

    Encore félicitations à vous et plein de bonheur !

    1. Il a grimper sur ton ventre? Grimper sur toi c’est au moment de le faire non :)?
      Ah oui le moment DU cri, on s’en souvient tous.

      Maman à quand même souffert je t’avoue, mais elle était tellement heureuse après qu’elle à tout oublié.

      Merci de ton commentaire, il me touche beaucoup également.

  7. Super article! tu as géré comme un chef! C’est vrai que nous on stress beaucoup pour nos bébés, mais les hommes doivent gérer leur angoisse et pour le/les bébés ET pour leur femme! Pfiou c’est que ca doit pas être simple non plus!
    Félicitations encore en tout cas!

  8. c’est chouette et émouvant d’avoir des récits « coté Papa » ! profites bien de ta petite Inès – un accouchement c’est riche en émotions mais ce n’est que le début crois moi!!!!

  9. Compliqué à gérer comme tu dis… Aaah les sous dans les machines !!
    De mon côté, j’ajouterai une seule chose : s’attendre à tout parce qu’on est forcément surpris 😉

    1. C’est bien dis :). On a beau imaginer ce n’est jamais à 100% comme l’on pense. Même le bonheur est plus grand :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *